Corpus

Le corpus de vidéo a été capturé dans la première phase du projet. Il représente actuellement la captation exhaustive de toutes les répétitions de deux spectacles vivants :

  • Pour les Célestins, captation des répétitions du spectacle Chatte sur un toit brûlant, sur un texte de Tennessee Williams, mise en scène par Claudia Stavisky et présenté à Grignan en juillet 2013. Captation de mai à juillet 2013
  • Pour le Festival d’Aix en Provence, captation des répétitions de l’opéra Elena, de Francesco Cavalli, mise en scène par Jean-Yves Ruf et dirigé par Leonardo García Alarcón. Captation de mai à juillet 2013.

Le corpus est constitué d’une part des vidéos des répétitions en différents formats, et d’autre part des métadonnées issues d’une annotation précise des répétitions.

L’annotation

Maquette consultation corpusCette annotation a été effectuée en temps réel par des annotateurs au profil issu du milieu dramaturgique afin de garantir à l’annotation un aspect « métier » et un regard parfois interprétatif sur les travaux de répétition. Pierre Gandar, sur les répétitions de Chatte sur un toit brûlant, et Pauline Lambert, sur Elena, ont ainsi suivi les répétitions de bout en bout, et ont produit respectivement plusieurs milliers d’annotations.

Le schéma d’annotation n’a pas été identique pour le théatre et pour l’opéra. Dans le cas du théâtre, l’annotation a consisté dans un premier niveau à identifier les moments de performance et les moments de discussion, et de les annoter de caractéristiques dramaturgiques : présence ou non de décor, de costume, de lumière, de son, de musique, etc., mais aussi présence des comédiens. Tout aussi important pour les futurs usages : l’indication de la référence de texte de la performance en cours.

Dans un deuxième niveau, l’annotateur a posé des marqueurs de description et d’interprétation. Ces marqueurs sont caractérisés par un texte court de commentaire, et d’une ou plusieurs catégories. Ces catégories ont été élaborées au fur et à mesure par l’annotateur, au regard des besoins et des récurrences qu’il pouvait identifier au fil des répétitions.

Dans le cas de l’opéra, les catégories d’annotation ont été associées directement aux moments de performance et de discussion.

Facts

Chatte sur un toit brûlant Elena Total
Nombre de vidéos 70 100 170
Durée totale (en h) 242 177 419
Volume total (en To) 2,47 1,60 4,07
Nombre d’annotations 3530 6968 10 498

Catégories et distribution

Chatte sur un toit brûlant

catégories nombre
Adaptation du texte 6
Allemande de la scène 1
Conflit 7
Décision 14
Demande d’un(e) comédien(ne) 62
Doutes 23
Filage de la scène 42
Identification d’un problème 81
Improvisation 16
Interpétation alternative de mise en scène 70
intervention MES 554
Intervention de la technique 22
Intervention assistant metteur en scène 3
Parole à l’acteur/acrtrice 26
performance d’un(e) comédien(ne) 331
Question d’espace 6
Référence au réel 3
Remise en cause 4
scène reprise 451

 

Elena

catégories nombre
accessoire 292
adresse 247
articulation 357
conflit 27
coopération chef/MES 178
costumes 711
couleur de la voix 112
décision 154
définition du personnage 725
déplacement 830
dynamiques musicales 158
émotions 134
gestuelle 346
improvisation 52
instrumentation 118
intonation 65
lumières 221
mise en place du décor 85
modification de la partition 166
ornementation 14
phrasé 131
prononciation 109
recherche 327
référence à la caméra 1
relation de pouvoir 47
relation de séduction 66
relation entre les personnages 820
respiration 25
tempo 406
travail du texte 104

 

Répartition du travail par acte

Les matrices suivantes représentent la distribution des actes (et des scènes pour Elena) au cours des répétitions. Avec le texte en abscisse (actes, scènes) et le temps en ordonnée (jour de répétition), cette représentation permet de visualiser l’évolution et la répartition du travail de mise en scène.
Chatte sur un toit brûlant
repartition ctb
Elena
repartition elena


Cette représentation est la forme simplifiée d’une matrice plus précise destinée à représenter l’ensemble des segments vidéo de performance, dont la position dans la matrice dépendrait de la réplique de début et de fin de la performance (abcisse) et de la séquence de répétition (jour/minute de répétition).
Matrice de représentation