Où s’arrêter dans la collecte d’archives ?

Il y a une mémoire derrière l’archive. Or, la mémoire est toujours en creux, c’est l’équivalent d’un oubli. Il y a un degré entre la mémoire et l’oubli : on peut s’amuser à ne rien oublier ou tout oublier et ce qui restera ce sera peut être le principal.

Dès qu’on commence à archiver pleins de choses, ce que l’on va voir, finalement, c’est surtout ce qu’on n’aura pas sélectionné.

Même si il n’y a qu’une fois où on pourra peut-être archiver tout un spectacle, l’idée ce n’est qu’on va tout rater parce qu’on n’aura pas tout penser au début. L’idée c’est qu’au cours de ce processus on va rencontrer plein de personnes qui auront des idées intéressantes, en tatonnant. ce n’est pas parce qu’il y a de la technologie que l’on va faire une oeuvre suprême du premier coup. On trouvera les bons moyens d’annoter ou d‘annexer au cours du processus.

Posted in SPEL2014.